Les (nouveaux) métiers du digital en 2021

Le secteur du digital est en plein expansion. La crise sanitaire actuelle du covid-19 n’a fait qu’accélérer la transition et la place du digital dans les entreprises, quelles soient modernes ou vieillissante. S’adapter est plus que jamais nécessaire pour ne pas risquer de laisser filer le train. Et oui, il va vite, ce train…

Les Search Optimizers (SEM)

Optimiser son contenu et sa popularité devient de plus en plus obligatoire dans l’ère moderne. La notoriété d’une marque se travaille et s’améliore tous les jours. Pour cela, le SEM (Search Engine Marketing) est un pilier d’acquisition de notoriété et de trafic qualifié. Voici comment s’organisent ces compétences ->

Les SMO : Social Media Optimization

Je ne suis pas fan de l’équation SEM (search engine marketing) = SMO + SEO + SEA. Ce sont, pour moi, trois métiers très différents qui demandent des compétences différentes et des années d’expériences distinctes pour prétendre être “expert” d’un des trois domaines. De plus, Facebook n’a rien d’un moteur de recherche. \o/

Les SMO sont en charge d’améliorer et d’optimiser la communication des entreprises sur les réseaux et les média sociaux. Donc facebook, twitter, insta, youtube, linkedin & cie.

Pour cela, il faut faire passer un message clair et percutant. Il faut également susciter des réactions car les algos de ces plateformes sont fait de sorte que le reach (la portée d’une publication) augmente lorsque la-dite publication est likée, commentée, partagée…

Ne cherchez plus pourquoi on vous incite à taguer votre beau-frère sur une publi, c’est juste pour flatter l’algo 😉

Les SEA : Être en haut de la page de google sans effort (ou presque)

Les SEA (Search Engine Advertising) sont ceux qui créent et optimise les publicités (c’est du donc du trafic payant) via Google. Cantonné à la base au search (annonces payantes dans les SERPs) via Adwords, c’est maintenant via Google Ads que l’on peut déployer de la publicité dans les SERPs, mais également en display dans le réseau de sites partenaires de Google, sur Youtube, etc..

Ici, il s’agit d’optimiser l’annonce (la pub) et la landing page (la page qui reçoit les visiteurs sensibles à l’annonce) pour être bien positionné et bien convertir. Il faut donc naviguer entre enchères, incitation au clic et copywriting sur la LP pour être efficace.

C’est un bon moyen pour tester sa niche car le déploiement d’une campagne est assez rapide, et peu amener un trafic conséquent en peu de temps (VS le SEO par exemple).

Les SEO : comprendre comment Google Search fonctionne et comment se positionner de manière naturelle.

C’est, pour moi, la discipline reine. Mais cela est peut-être du à ma sensibilité et au fait que je vienne de ce milieu. Le SEO (Search Engine Optimization) est le fait d’optimiser son site pour google, et par ricochet pour tous les les moteurs de recherche (qui ont copié le modèle google pour la plupart).

Les compétences à avoir sont multiples, et d’ailleurs ce métier peut désormais être facilement découper en plusieurs autres.

Il serait exhaustif d’en faire la liste, mais voici les compétences / ressources principales à avoir :

  • Devweb pour s’assurer de la fiabilité / vitesse / hébergement et bonne santé du site.
  • SEO OnSite : étudie les mots clés, construit des pages optimisées pour ranker. Créer des relations entre les pages pour donner à google un ensemble cohérent sémantique et architecturalement.
  • Rédacteur SEO : Design le contenu des pages (analyses sémantiques) et créer les points chaud via le balisage html. Si expériment, peut s’occuper du maillage interne et donc de faciliter le crawl des bots par la même occasion.
  • Netlinker : s’occupe d’établir la stratégie d’acquisition de backlinks et de domaines référents, sans laquelle un positionnement est impossible.

Les Community Managers

Les CMs, comme leur nom l’indique, s’occupent de fédérer et de faire prospérer la communauté d’une marque. Il gèrent donc la publication des posts sur les réseaux sociaux, prennent le temps de répondre aux commentaires et à l’ensemble des réactions de la communauté.

Ils peuvent mettre en action des leviers publicitaire mais ce bras-là est plus souvent confié aux SEM et aux growths hackersqui sont spécialisés dans la gestion du trafic payant.

Les CMs gèrent une ligne éditoriale qui peut s’avérer redoutable lorsqu’elle est maîtrisée et qu’elle colle à la communauté (Winamax / humour, Décathlon / Engagement Social / Yann)

Le Data Scientist

Dans le digital, nous sommes désormais un peu esclaves de la DATA. C’est elle qui nous raconte ce qu’il faut faire. Le DATA Scientist s’occupe de faire parler la DATA. Il l’extrait, l’optimise, la trie, la fait parler et en tire des conclusions.

Ce métier est associé au Big DATA, à l’IA (optimisation intelligence et automatique d’un flux de données pour tirer des conclusions en fonction des critères de base sélectionnés) et à l’analyse de données pure.

Cette science s’appuie, forcément, sur des outils mathématiques et informatiques pour pouvoir automatiser le traitement des données.

Il est nécessaire d’avoir connaissances de certains langages de programmation pour pouvoir être DATA Scientist, Python et R étant les plus en vogue actuellement.

Les Growths Hackers

Sous ce mystérieux emprunt se cachent une vaste étendue de compétence dédiée à un seul but : faire croitre un projet fort et vite.

Le growth hacking, comme son nom l’indique, est donc un métier consistant à fortement accélérer la croissance d’une société, peut importe son domaine d’activité ainsi que sa taille et son âge.

Le growth hacker utilise le trafic payant (média buying en général) avec pour but le maximum de conversions. Une fois ce but atteint, il scale, c’est à dire qu’il augmente le budget et multiplie les campagnes. Le SEO ne fait pas, pour moi, parti de cette catégorie car les process sont beaucoup plus longs.

Les growths hackers sont généralement des prestataires. Ce métier est encore peu connu, principalement parce que ce type de profil génère souvent ses propres profits (drop / info-produit / affiliation ) via ses sites / LP (click funnels par exemple).

Consultant CRM

CRM est l’acronyme de Customer Relationship Management. Le consultant CRM va donc optimiser la relation entre vous, votre entreprise et votre clientèle. En s’appuyant sur des outils dédiés à cela (les CRM, le plus connu étant hubspot), il va conseillé les salariés de l’entreprise qui utilise le CRM. Il va proposer des solutions logiciels et va introduire et améliorer les process via les CRM.

Il fait parti des nouveaux métiers, les CRM étant encore des logiciels peu connus du grand public.

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *